Adieux pour 75 euros : la Sacem s’explique

| 0 Commentaires

Un représentant de la Sacem nous a contacté aujourd’hui, suite à l’actualité « Insolite : 75 euros d’amende pour un chant d’adieu » parue mardi, afin « d’apporter un éclairage complet » à l’affaire évoquée. Rappelons que cette dernière, soulevée le 13 juillet dernier par le quotidien Ouest-France, concerne la fête de fin d’année organisée par l’école de Peillac, dans le Morbihan. Ayant eu vent d’un tour de chant improvisé par un journal local, la Sacem avait contacté la directrice de l’école quinze jours après la fête pour lui réclamer 75 euros, justifiées par l’utilisation en public d’oeuvres protégées par le droit d’auteur.

Dans son courrier, la Sacem précise que les 75 euros demandés ne concernent pas, comme le laissait entendre l’article de Ouest-France, la seule chanson interprétée par certains enfants en l’honneur du départ de leurs maîtresses, mais l’ensemble des oeuvres musicales ayant été jouées au cours de la journée. « Le montant des droits évalué par la Sacem (…) correspondait au tarif applicable pour l’utilisation de l’ensemble des œuvres utilisées à l’occasion de l’organisation de spectacles scolaires de fin d’année (…) et en aucun cas pour la reprise d’une seule chanson », nous explique la société de gestion collective du droit d’auteur pour la musique.

Comme tout organisateur d’événement public, l’école de Peillac aurait dû passer par un formulaire de déclaration en ligne, qui lui aurait permis de s’acquitter des droits correspondant à l’ensemble de la manifestation pour 60,5 euros. La Sacem précise au passage que 14 838 kermesses et fêtes d’école ont été déclarées en 2005, preuve que la coutume est rentrée dans les moeurs. Elle ne s’attendait en revanche pas à ce que l’affaire ait un tel retentissement. Comme preuve de sa bonne volonté, elle nous précise que « le directeur régional de la Sacem a d’ores et déjà pris contact avec la directrice de l’école afin d’obtenir toute information et précision voulues et un rendez-vous est prévu au retour de cette dernière, fin août ». Hugues Aufray, dont la chanson Adieu monsieur le Professeur a mis le feu aux poudres, s’est de toute façon proposé pour régler la facture en cas de litige.

Il semblerait donc que la Sacem soit dans son bon droit et n’ait fait qu’appliquer le barême en vigueur pour ce genre d’événements. « La musique joue aussi un rôle primordial dans l’organisation de dizaine de milliers d’événements. Cette musique est le fruit du travail d’auteurs et compositeurs. Les droits d’auteur constituent leur unique revenu. Il est donc légitime que les créateurs soient rémunérés pour l’utilisation de leurs œuvres, ce à quoi la Sacem s’engage chaque jour en leur nom », rappelle-elle. Peut-être faudrait-il toutefois, en ces temps troublés par la loi sur le droit d’auteur, savoir faire preuve d’un peu de clémence afin d’éviter la vindicte populaire… surtout lorsqu’il s’agit d’une école ?

Laisser un commentaire

Champs Requis *.