Free s’engage dans la fibre optique dès 2007

| 0 Commentaires

Après Citéfibre ou France Telecom, c’est au tour de Free d’annoncer le lancement d’une offre en fibre optique FTTH d’un débit de 50 Mb/s pour 29,99 euros par mois. Télécoms 3.0 ? Un peu plus de douze ans après l’apparition des premiers fournisseurs d’accès à internet, six ans après celle de l’ADSL et du haut débit, les prochains mois devraient être dominés par le « très haut débit » et la démocratisation des offres d’accès par fibre optique dont les débits se chiffrent en dizaines de megabits par seconde.

Après des pionniers comme citéFibre, couvrant déjà une partie du XVe arrondissement parisien, et prenant la suite du groupe France Telecom, multipliant également les tests dans le sud de la capitale, c’est désormais au tour de Free de confirmer son intérêt pour cette technologie. Le groupe vient d’annoncer qu’il commercialiserait au cours du premier semestre 2007 une offre d’accès internet par fibre optique, dont le débit atteindrait dans un premier temps 50 Mb/s symétriques, mais dont le coût resterait similaire à celui des actuelles offres DSL.

« Plus de 10 millions de français, soit plus de 4 millions de prises raccordables seront éligibles d’ici 2012. Free entend cibler principalement les zones où la densité des détenteurs de Freebox est la plus importante: plus de 15 % de pénétration sur le marché des lignes fixes dans ces zones (et non sur le marché du haut débit). Free migrera de manière prioritaire automatiquement et sans surcoût les abonnés Freebox vers son offre Freebox Optique. Le terminal ADSL 2+ de la Freebox HD sera remplacé par un boîtier Freebox Optique. Le terminal TV de la Freebox HD restera quant à lui compatible avec cette offre. Pour 29,99 euros/mois, l’abonné sera équipé en fibre optique avec un forfait incluant un débit de 50 Mbit/s, une offre de téléphonie illimitée vers les postes fixes en France et vers plusieurs destinations internationales, une offre de TV HD et la mise à disposition du terminal Freebox Optique. » explique l’opérateur dans un communiqué.

Wifi, Wimax et désormais fibre optique… Free confirme en tout cas sa volonté de s’affranchir totalement de France Telecom en disposant de sa propre infrastructure, totalement indépendante de celle de l’opérateur historique. Les marchés risquent de se montrer quelque peu frileux face au montant de l’investissement que consentira Iliad. L’opérateur évoque en effet un coût de déploiement d’un milliard d’euros d’ici 2012, dont le financement sera assuré « par les liquidités du groupe et son cash flow libre généré par ses activités existantes ».

Iliad annonce dans le même temps la création de la fondation Free, financée par son président Xavier Niel, dont l’objectif sera de lutter « contre la fracture numérique en instaurant un service universel gratuit pour tous ». En pratique, l’opérateur s’engage à fournir gratuitement, contre caution, un terminal optique à tous les habitants des immeubles connectés en fibre dans le cadre du plan évoqué ci-dessus. Ce terminal ouvrira gratuitement l’accès à une ligne téléphonique sans abonnement, aux appels d’urgence et aux appels vers les services sociaux, à un accès à Internet bas débit et à la télévision numérique terrestre (TNT). Une initiative louable, qui devrait faire un certain bruit, même si certains regretteront que Free ne mette pas l’accent sur l’autre fracture numérique, celle qui concerne les habitants des zones rurales.

Iliad affirme, à l’occasion de son quatrième communiqué de presse de la matinée, se tenir prêt à engager « des discussions avec tous les opérateurs qui le désirent pour leur proposer une offre de location de fibres optiques jusqu’à l’abonné ».

En terme de couverture, l’opérateur a indiqué que les répartiteurs desservant au minimum 15% d’abonnés ADSL Free seraient convertis à la fibre optique. L’intégralité de Paris intra-muros devrait donc être couverte, ainsi qu’une partie de la proche banlieue. Free estime que la migration d’un abonné ADSL résidant dans les zones concernées vers la fibre optique lui reviendra à 350 euros.

Les premiers abonnés fibre de Free devraient avoir accès à un certain nombre de services optionnels venant se greffer à l’offre de base facturée 29,99 euros par mois. Parmi ceux-ci, il devrait être possible de disposer de débits plus importants que les 50 Mbit/s de l’offre de base.

Free

Laisser un commentaire

Champs Requis *.