Microsoft lance son service de vidéo Soapbox bêta

| 0 Commentaires

Microsoft lance aujourd’hui, en version bêta accessible sur invitation, Soapbox, un nouveau service auquel incombera la lourde tache de concurrencer les ténors du secteur que sont, entre autres, YouTube ou Google Video. A l’instar de ses rivaux, Soapbox propose dès maintenant aux internautes d’uploader leurs vidéos personnelles. Les visiteurs pourront ensuite noter les vidéos, les commenter, créer des flux RSS et s’envoyer des liens par email. Le lecteur multimédia pourra être inséré sur un site personnel ou dans un blog. Microsoft a pour l’instant fixé une limite de 100 Mo par vidéo, mais il n’ya aucune restriction quant au nombre de vidéos que peuvent envoyer les internautes.

Un compte Live puis une invitation expédiée à l’adresse email de ce dernier sont nécessaires pour accéder à Soapbox. Microsoft avance 465 millions de visiteurs menseuls pour le portail MSN dans le monde, et Soapbox ne devrait avoir aucun mal à s’imposer face à YouTube, leader actuel du secteur revendiquant plus de 100 millions de vidéos vues chaque jour. « Le marché est encore jeune », indique Rob Bennett, responsable du divertissement et des services vidéo chez Microsoft, « il y a encore beaucoup de place et d’opportunités de croissance grâce à l’innovation et à la compétition ».

Contrairement à YouTube, Microsoft ne prévoit pas pour le moment d’insérer des publicités sur Soapbox. En revanche, il prépare bien sûr des interactions avec la plateforme de blogs Windows Live Spaces, le portail Live.com et le logiciel de messagerie instantanée Windows Live Messenger. Les publicités placées sur la page d’accueil du portail MSN ainsi que sur ces différents services devrait suffire à monétiser le service.

Alors que l’on compte désormais plus de 200 services permettant aux internautes de placer gratuitement en ligne leurs vidéos, deux questions se posent. La première est relative au financement de ses services, comme le montre la récente inclusion de publicités et de contenus « sponsorisés » sur YouTube. La seconde concerne la nature des contenus qui sont mis en ligne puisque bien souvent, les extraits d’émissions télévisuelles, séquences de films ou clips musicaux qui font – entre autres – le succès de ces services, sont mis en ligne sans le consentement des ayant-droits…

Au sujet de ce second point, la Warner vient justement de passer un accord avec YouTube. Elle autorise la diffusion de ses contenus et en contrepartie, YouTube lui reversera une partie des recettes publicitaires générées par ces derniers. YouTube cherche à mettre au point des accords similaires avec d’autres grands noms du cinéma ou de la musique. Certains menacent en effet d’attaquer le service au motif qu’il participe au piratage de leurs oeuvres.

Soapbox

Laisser un commentaire

Champs Requis *.