Google Gears : accès hors ligne aux applications Web

| 0 Commentaires

Le numéro un mondial de la recherche en ligne ambitionne maintenant de mettre au point un outil open source permettant de continuer à accéder à des applications en ligne même si l’on ne dispose plus de connexion à Internet. Lancé à l’occasion du Google Developer Day 2007, Google Gears prend la forme d’une extension qui vient se greffer sur le navigateur Web. Pendant que la connexion est active, Google Gears se charge de recueillir les données indispensables pour que l’utilisateur puisse continuer à se servir d’une application en ligne de type webmail, agenda ou traitement de texte même s’il se déconnecte.

Encore faut-il, pour tirer parti de Google Gears, que le site ou le service en ligne concerné intègre les éléments qui permettront à l’outil de récupérer localement les pans de code nécessaires à sa bonne exécution. Gears se compose d’un serveur, qui gère le recueil et l’accès aux informations (HTML d’une page Web, documents associés, exécution des scripts), d’une base de données, qui stocke localement les informations générées par l’utilisateur, et d’un outil de synchronisation capable d’assurer la jonction entre les deux, ainsi que la mise à jour des données lors du retour en ligne.

Accessible via gears.google.com, Gears n’est pour le moment pas destiné aux utilisateurs finaux mais aux développeurs qui souhaiteraient mettre au point des applications Web compatibles. L’agrégateur en ligne de flux RSS Google Reader est d’ores et déjà compatible. « Avec Google Gears, nous nous attaquons à l’une des limitations critiques du navigateur dans le but d’en faire une plateforme plus à même de supporter le déploiement d’applications variées », a déclaré Eric Schmidt, PDG de Google, au sujet de Gears.

Google devrait vraisemblablement s’arranger pour rapidement rendre ses propres services en ligne compatibles avec Gears. La firme de Mountain View annonce par ailleurs son intention de collaborer avec des éditeurs comme Adobe ou Mozilla afin d’intégrer, par exemple, la gestion du flash ou de projets à venir comme Apollo au sein de Gears.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.