WiMAX : un déploiement trop lent selon l’Arcep

| 0 Commentaires

L’Arcep a publié un rapport sur l’état du déploiement du WiMAX en France pour les autorisations d’utilisation des fréquences de boucle locale radio (BLR) dans la bande 3,4-3,6 GHz délivrées le 25 juillet 2006. A ce jour, les résultats de cette étude, menée au cours de l’été 2008, sont plutôt décevants.

L’Arcep a dénombré 524 sites dont 512 opérationnels pour lesquels les titulaires d’autorisation(s) ont mis en oeuvre des offres commerciales auprès de plusieurs milliers de clients (particuliers et professionnels). L’analyse permet de discerner deux types d’offres qui seront proposées par les acteurs de l’Hexagone. En effet, certains titulaires envisagent de lancer un forfait haut-débit sans fil, à mi-chemin entre l’internet fixe et la 3G.

En parallèle, certaines collectivités titulaires proposeraient un modèle orienté spécifiquement vers l’aménagement numérique du territoire, pour la couverture des zones blanches de l’ADSL. Si ces projets promettent un bel avenir du WiMAX en France, au 30 juin dernier, il y aurait dû y avoir 3564 sites déployés. Alors comment expliquer ce retard?

A travers le monde, les opérateurs se sont accordés sur l’usage du WiMAX 802.16e plutôt que 802.16d. En effet, non seulement la norme 802.16e affiche de meilleures performances mais elle permet le nomadisme pour les appareils portables compatibles. Seulement cette technologie est arrivée en retard et les équipements industriels ne prennent pas tous en charge cette norme, explique l’Arcep.

L’autorité de régulation a décidé de suivre le déploiement des titulaires d’autorisation(s) et recevra un rapport de leur avancement tous les six mois. La nouvelle échéance prévue par l’Arcep pour la finalisation du déploiement est décembre 2010. ,

Laisser un commentaire

Champs Requis *.